Traitement de la vessie hyperactive par Botox intravésical

Qu’est-ce que c’est?

Pour traiter la vessie hyperactive l’injection de toxine botulique (Botox) dans la paroi vésicale pour des patients souffrant de troubles vésicosphinctériens d’origine idiopathique ou neurologique est une bonne option.

En d’autres mots c’est un traitement pour l’incontinence urinaire causée par une vessie hyperactive.

Indications:

Permettre de ne plus avoir de fuites d’urine ni d’envies d’uriner urgentes et/ou trop fréquentes. Diminuer le risque d’avoir des infections urinaires graves ou de détériorer le fonctionnement des reins.

L’injection de Botox est proposée lorsque les médicaments que vous prenez oralement sont malsupportés, contre-indiqués ou insuffisamment efficace.

Cette intervention est de plus en plus utilisée chez les patients avec une vessie hyperactive idiopathique qui sont réfractaires au traitement médical et chez les patients avec une incontinence secondaire à un problème d’origine neurologique.

Comment se déroule la procédure?

Une sonde urinaire est introduite dans la vessie. On obtient une bonne anesthésie de la paroi vésicale après une instillation de Xylocaïne intravésicale dans la vessie pour une durée de 30 minutes.

Un cystoscope souple ou rigide est introduit par le canal urinaire. Votre vessie est inspectée et est ensuite piquée avec une fine aiguille 10 à 20 fois afin d’injecter la dose totale adaptée de Botox dans l’épaisseur de la paroi. L’intervention en soi dure entre 5 et 7 minutes.

L’effet de la Botox commence de 5 à 10 jours après l’injection et est non-permanent. L’efficacité varie entre 6 à 12 mois ou plus avec une moyenne de 9 mois. L’effet varie en efficacité d’un patient à l’autre.

Lorsque l’effet disparaît, cette toxine peut être réinjectée autant de fois que nécessaire dans un intervalle de 3 mois entre chaque traitement.

Le Botox est un médicament coûteux, mais il est maintenant couvert par la RAMQ avec une demande d’exemption par votre urologue. Botox est aussi généralement couvert par les compagnies d’assurances privées à des fins médicales.

Est-ce douloureux ?

L’anesthésie locale fait disparaître la sensation de douleur, mais il se peut que vous perceviez la sensation du toucher de l’aiguille, ce qui peut être désagréable.

Comment se préparer ?

Une analyse et culture d’urine sont obligatoires environ 1 semaine avant l’injection. Si la culture démontre une présence de bactéries, un traitement antibiotique sera alors débuté. Vous recevrez un avis de la secrétaire, ainsi qu’une prescription. De plus, un traitement antibiotique nécessaire au préalable d’une durée de quelques jours vous sera donné la veille de l’intervention.

En cas de prise de médicaments anticoagulants (médicaments qui éclaircissent le sang), il vous sera demandé d’arrêter d’en consommer. Vous pourrez recommencer à prendre vos médicaments après l’injection. Vous devez strictement respecter les dates d’arrêt et de reprise de vos médicaments.

 

Quels sont les risques ?

Certaines complications rares sont liées à la cystoscopie et aux piqures faites dans la paroi vésicale :

  • douleur ou inconfort au moment du passage de l’endoscope dans l’uretère ou au moment des injections
  • saignement vésical visible plus de 12 heures
  • la rétention urinaire est le principal effet indésirable (la diminution de la force de la vessie qui peut aboutir parfois à un blocage vésical). Elle est cependant temporaire de quelques semaines à quelques mois. Des autocathétérismes ou l’utilisation d’une sonde pourrait être nécessaire mais est extrêmement rare.
  • fièvre modérée (<38.5°C) de moins de 48 heures
  • infection urinaire possible malgré une antibioprophylaxie
  • Les réactions allergiques au Botox sont très rares
  • La faiblesse musculaire généralisée est rare lorsqu’utilisé avec des doses plus élevées

 

Le Botox a été très utile en urologie au cours des 30 dernières années. Aucun effets secondaires graves associés à l’utilisation d’injections de Botox dans la vessie ont été rapportés avec ce traitement. Il est sûr, généralement bien toléré et efficace. Pour de nombreux patients, ce traitement a démontré une amélioration marquée de leur qualité de vie.

Après l'intervention ?

Après la procédure, vous serez invité à rester dans la clinique pour une courte période d’observation d’environ 15 minutes pour assurer que tout va bien après l’injection. Vous pourrez ensuite quitter par vos propres moyens. Bien que vous pouvez être accompagnés, ce n’est pas obligatoire.

Buvez beaucoup d’eau pendant 24 heures, surtout si l’urine est de couleur rouge, et souvenez-vous de prendre les antibiotiques à titre préventif comme prescrit. Si les anticoagulants ont été interrompus, les reprendre selon les instructions de votre urologue.

Vous pouvez reprendre vos activités normales le jour après l’injection.

Un rendez-vous de suivi dans les 2 à 3 semaines après l’injection aura lieu afin de juger de l’efficacité du traitement et pour évaluer le processus de vidange de la vessie.

Cette page traitait de: Traitement de la vessie hyperactive par Botox intravésical

 

Méthodes de Paiement Acceptées

 

*Veuillez noter que les services de consultation sont couverts par la RAMQ

 

Téléphone

819-825-3800
fax: 819-825-3810
 
 

Adresse

1731, 3ième avenue, Suite 200, Val-d’Or, Québec J9P 1W3

 

Heures d’ouverture

Du lundi au Jeudi, de 8:30 à 16:30
Vendredi de 8:30 à 12:00
Services sur rendez-vous seulement.

Contactez-nous

5 + 7 =